A Trocadero, Togo Debout rejette le communiqué des médiateurs du 27 juin

A Trocadero, Togo Debout rejette le communiqué des médiateurs du 27 juin

« Nous au Togo debout, nous ne sommes pas liés par le contenu de ce communiqué des médiateurs. C’est inacceptable »  c’est ce qu’a déclaré Karl Gaba, coordonnateur du collectif Togo débout de la diaspora togolaise en Europe, Usa, Asie et Afrique samedi dernier lors de la manifestation pacifique organisée des togolais à la place Trocadéro (Paris, France).

Il réagissait au communiqué ayant sanctionné l’ultime dialogue politique inter togolais du 27 Juin 2018 à Lomé sous la présidence des deux médiateurs de la CEDEAO, Nana Ado Akufo et Alpha Condé, respectivement président du Ghana et de la Guinée.

Le communiqué en question a demandé la libération de tous les détenus depuis le début de la crise politique togolaise, autorisé des manifestations partout au Togo si un parti le souhaite, mais dans le respect des textes du pays en invitant ‘les citoyens togolais à collaborer pour que les armes dérobées soient retrouvées’.

Le même communiqué affirme la suspension de tout le processus électoral en cours même s’il est souhaitable que « des élections législatives se tiennent fin novembre 2018.

Il n’a cependant rien dit des principales revendications de la coalition de 14 partis de l’opposition togolaise à savoir « le retour à la constitution de 1992, le vote de la diaspora et une révision en profondeur du cadre électoral ».

 » La question n’était même pas abordée » avait indiqué Jean Pierre Fabre en conférence de presse lundi passé.

Un compte rendu des propositions de sortie de crise des deux camps sera fait par les médiateurs  au prochain Sommet de la Cedeao qui se tiendra fin juillet 2018

« Ce communiqué qui nous propose d’aller à des élections au Togo sans réformes avec une dictature qui, des années durant, a annoncé des résultats frauduleusement acquis, nous dans la diaspora togolaise, nous n’en voulons pas. Ce communiqué n’est pas acceptable pour nous » a affirmé Karl

Il a dénoncé un communiqué que demande au peuple togolais de ‘résigner’.

Notre engagement, égraine t-il, est de faire rétablir la constitution de 1992, donner la possibilité aux togolais de la diaspora de voter et de choisir librement les dirigeants de son pays, en finir avec la dictature des Gnassingbé au pouvoir depuis 1967.

« La bataille qui a commencé depuis le 19 août, est une bataille dans laquelle le peuple a donné mission à ses leaders de ramener la concorde dans le pays. Et cette concorde passera par la démission de Faure Gnassingbé pour laisser place à la construction d’un état de droit au Togo par le biais d’une transition. Et ça Togo Debout ne cédera jamais  à ce principe qui relève de la volonté du peuple » a martelé Karl Gaba avant d’affirmer « qu’il ne peut pas avoir de paix au Togo avec Faure Gnassingbé et son système qui 53 ans durant, ont martyrisé le peuple, violé tous les accords que signés et qui manœuvrent de nouveau pour perdurer leur système sur le pays ».

Karl Gaba avait à ses côtés le coordonnateur national du front citoyen Togo Debout, Prof David Dosseh qui mène la même lutte au plan national pour le départ de Faure Gnassingbé du pouvoir.

Ken LOGO

Chargement...