Le gouvernement togolais opposé à une relecture de la loi sur les manifestations

Le gouvernement togolais opposé à une relecture de la loi sur les manifestations

Le gouvernement togolais s’est opposé dimanche à la relecture de la loi sur les manifestations publiques telles que souhaitée en septembre par les nations unies.

 

C’est à travers les médias locaux et par la voix de Gilbert Bawara, le ministre de la fonction publique, porte parole du gouvernement togolais qui  intervenait dans une émission grand public dimanche sur la New World TV.

 

« Non. Il n’y aura pas de relecture de la loi sur les manifestations publiques au Togo » a affirmé Bawara soutenant que les togolais sont les mieux indiqués pour « savoir ce qui est de l’intérêt  de la sécurité, de la paix et de la stabilité au Togo ».

 

«  Personne d’autre ». A-t-il rétorqué sans langue de bois, répondant au confrère Gilles Bocco, animateur de New World Forum

 

La modification apportée à la loi Bodjona, y a apporté des restrictions jugées « très graves » par les partisans de l’opposition et la société civile togolaise.

 

Le 11 Septembre dernier, dans une correspondance, les nations unies avaient saisi le gouvernement togolais pour une relecture de la modification apportée début Août par les députés à l’assemblée Nationale.

Abonnez vous à la newsletter

Cette correspondance était signée par le rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression, le rapporteur spécial sur le droit de réunion pacifique et la liberté d’association, le rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme et la rapporteuse spécial sur la promotion et la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans la lutte antiterroriste.

 

« Nous pouvons écouter les nations unies. Quand elles donnent des avis fondés, nous pouvons les suivre et agir en conformité. Mais quand ces avis sont en décalage par rapport à nos intérêts fondamentaux, nous ne pouvons pas écouter cela » a envoyé paitre les nations unies, Gilbert Bawara

 

Gilbert Bawara soutient que la nouvelle formule de la loi portant modification de la loi sur les manifestations publiques au Togo est « bâtis sur l’expérience » faisant référence aux manifestations récentes de l’opposition qualifiées d’abusement organisées par les leaders de la C14 ».

 

« Est-ce que c’est anormale de dire que la route nationale ne doit pas faire l’objet de manifestation ? »  S’est Interrogé le ministre de la fonction publique du Togo, avant d’affirmer que la loi s’applique à tous.

 

« Tous les partis politiques sont appelés à respecter cette loi en l’état » a conclu Bawara

 

Ken LOGO

Chargement...