Nigéria: Nouvelles conditions d’accréditation-médias décriées

Nigéria: Nouvelles conditions d’accréditation-médias décriées

Le Comité pour la protection des journalistes CPJ s’insurge contre les nouvelles conditions d’accès imposés aux journalistes pour avoir accès au parlement nigérian.

 

« Les autorités nigérianes doivent retirer les nouvelles conditions d’accréditation des médias pour accéder à l’Assemblée nationale, la législature du pays, et veiller à ce que les réglementations futures ne limitent pas indûment la liberté de la presse et l’accès à l’information » a indiqué cette organisation de défense des droits des journalistes en Afrique dans une court communiqué 

 

Depuis Mercredi 22 mai dernier en effet, une liste des nouvelles exigences en matière d’accréditation a été distribuée aux journalistes couvrant l’Assemblée nationale du Nigéria.

 

C’est Emmanuel Rawlings Agada, le directeur de l’information de l’Assemblée nationale qui l’a annoncé aux journalistes et confirmé la nouvelle lors d’un entretien téléphonique avec le CPJ, affirme le communiqué.

 

« À compter du 11 juin, les médias presse écrite désireuses de couvrir l’assemblée sont tenues de fournir la preuve d’une diffusion quotidienne d’au moins 40 000 exemplaires, les médias en ligne devant prouver 5 000 vues quotidiennes » selon Agada

 

Pire, « toutes les organisations de médias doivent soumettre des déclarations de revenus pour les deux dernières années » .

 

Ce n’est pas tout. La nouvelle mesure exige que « les journalistes eux-mêmes doivent avoir une expérience de deux ans dans la couverture de l’Assemblée nationale à titre temporaire, être membres de l’Union des journalistes nigérians et répondre à d’autres critères » avant leur accréditation à couvrir les activités de l’Assemblée Nationale

Abonnez vous à la newsletter

Auparavant, les journalistes étaient uniquement tenus de soumettre une demande émanant de leur média et d’obtenir une autorisation de sécurité.

 

« Les autorités nigérianes doivent veiller à ce que les exigences d’accréditation relatives à l’accès à l’Assemblée nationale et à la rédaction de rapports à son sujet soient ouvertes à un large éventail de médias » a déclaré Angela Quintal, coordinatrice du programme Afrique du CPJ, de Durban.

 

Et d’ajouter: « Les journalistes doivent être autorisés à rendre compte de la législature sans entrave injustifiée; les citoyens nigérians ont le droit d’accéder aux informations provenant d’une institution aussi importante. »

Le bureau chargé de délivrer les accréditations s’est toute suite défendu

Le chargé du bureau a indiqué au « la nouvelle réglementation ne visait pas à bâillonner les médias mais visait à résoudre les problèmes de sécurité soulevés de manière informelle par les journalistes ». 

Il a affirmé par ailleurs que les nouvelles exigences étaient maintenant « en cours de révision » à la suite de la réponse des médias et du public, soulignant la nécessité d’empêcher les « charlatans » d’entrer à l’Assemblée nationale.

 

Ken LOGO

Chargement...