Radicalisation-Extrémisme violent : Le Togo veut ajouter « une approche souple » basée sur la prévention

Radicalisation-Extrémisme violent : Le Togo veut ajouter « une approche souple » basée sur la prévention

En dehors de toutes les mesures sécuritaires qui sont en train d’être mises en œuvre actuellement au Togo, notamment dans le nord pour freiner voire empêcher toute menace terroriste, le gouvernement togolais veut ajouter « une approche souple » basée sur la prévention.

 

C’est ce qu’a indiqué jeudi le Lcl Messan Akobi, secrétaire Général du ministère de la sécurité et de la protection civile, Président du Comité Interministériel de Prévention et de lutte contre l’Extrémisme Violent – CIPLEV en marge d’un atelier destiné à l’élaboration des axes prioritaires d’intervention du CIPLEV.

 

« Nous estimons à l’analyse du gouvernement que la menace est réelle et il faut prendre les taureaux par les cornes. Le gouvernement a ainsi pris des mesures sécuritaires à travers l’opération Koudjouaré dans les savanes qui s’avèrent insuffisantes et il faut les renforcer. Nous estimons qu’il faut en ajout des moyens plus souples » a déclaré le Lieutenant Colonel Akobi.

 

Ceux sont ces mesures souples, qui doivent être de nature préventives que l’atelier ouvert à Lomé jeudi, est appelé à définir dans un plan d’action par l’élaboration des axes prioritaires d’intervention du Comité Interministériel de Prévention et de lutte contre l’Extrémisme Violent.

 

« L’objectif est d’accompagner le gouvernement, d’attirer son attention sur les facteurs de vulnérabilités afin d’éviter que les populations togolaises ne basculent sous les charmes des discours des extrémistes. Ça c’est très important pour le Togo car la menace est réelle » a ajouté Akobi

 

Il faut dire que c’est prenant conscience de la réalité de ces menaces que le gouvernement togolais a créé le 15 mai 2019 suivie de son installation le 19 Aout 2019, le Comité Interministériel de Prévention et de lutte contre l’Extrémisme Violent.

Abonnez vous à la newsletter

Et tout naturellement, ce comité a besoin de travailler sur des bases solides. Cet atelier de trois jours ouvert par Payadowa Boukpessi, ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales sur  une Co-organisation de l’ambassade des états unis au Togo et de WANEP-Togo, devra permettre de définir ces bases.

 

Boukpessi a expliqué que la vision du gouvernement togolais à travers la CIPLEV est de « s’attaquer aux causes sous jacentes qui conduisent les individus à se radicaliser et à rejoindre les extrémistes violent » Il a appelé la CIPLEV à aider le gouvernement à ‘identifier les actions de développement et les programmes éducatifs appropriés visant à rendre les togolais moins vulnérables aux discours extrémistes »

 

Tous sont d’accord que si la menace terroriste pèse sur le Togo, « l’action des forces de sécurité ne suffira pas à elle seule de la  surmonter ». Eric Stromayer, l’ambassadeur des états unis au Togo depuis Avril 2019, a affirmé à ce sujet qu’ « il faut continuer à construire des ponts de collaboration entre les forces de sécurité, les autorités gouvernementales, les chefs religieux et les groupes de la société civile qui se méfient trop souvent les uns des autres et travaillent à des fins contradictoires »

 

« Une stratégie globale et intégrée et nécessaire pour prévenir et combattre l’extrémisme violent » a confié Stromayer avant d’affirmer le soutien de l’ambassade des usa au Togo au CIPLEV pour « faciliter une telle stratégie »

 

Au cours de ces trois jours de travaux, les participant revisitent les facteurs de vulnérabilité et de résilience issus des missions sur le terrain, procéderont à des partages d’expériences et le cahier de charge du Comité Interministériel de Prévention et de lutte contre l’Extrémisme Violent – CIPLEV sera revisiter de manière que le travail qui se fera ne souffre pas des mêmes erreurs connues ailleurs.

 

« Nous leur donnerons les informations nécessaires afin de mieux intervenir sur le terrain » a rassuré Dado Nora Amedjenu-Noviéku, coordinatrice de Wanep Togo

 

Ken LOGO

Chargement...