Tikpi Atchadam : « Personne ne respectera cette loi sur les manifestations »

Tikpi Atchadam : « Personne ne respectera cette loi sur les manifestations »

Tikpi Atchadam, le leader du PNP, en cavale depuis plusieurs mois, est de nouveau sorti de son silence ce dimanche à la veille de la commémoration des deux ans de soulèvement enclenchés par son parti. L’histoire remonte au 19 Août 2017. Bilan et perspectives, le président Atchadam n’a pas mâché ses mots en taclant le gouvernement dans la gestion qui est faite des ressources minières du Togo.

 

Réagissant ce au sujet de la modification récente de la loi portant manifestations publiques au Togo, Tikpi Atchadam a affirmé que « personne ne respectera cette loi »

 

Il se prononçait dans un discours d’une demi-heure environ qu’il a circulé dans les médias sociaux à l’occasion de ce deuxième anniversaire du 19 Août 2017.

 

Pour l’histoire, le 19 Août 2017, le PNP avait appelé à une manifestation nationale des togolais pour réclamer un retour à la constitution de 1992, le vote de la diaspora et des réformes. Interdite par le gouvernement mais maintenu par le, la manifestation a été fortement réprimée par les forces de l’ordre, de sécurité et de défense. Conséquence, des morts, des blessés et de nombreuses arrestations ont émaillées la journée de manifestations.

 

C’est ce mouvement  qui a conduit au regroupement de la classe politique de l’opposition togolaise en coalition dénommée la C14 qui a pris le relais.

 

Deux ans après, ce mouvement qui a pris de cours le régime de Faure Gnassingbé et a failli renverser son pouvoir, s’est essoufflé, « piégé » par l’intervention de la CEDEAO (ndlr, La CEDEAO a obligé les acteurs à la discussion et l’opposition à faire confiance en la bonne foi du pouvoir, prêt à faire les réformes nécessaires à l’assainissement de la vie politique du pays) qui aura joué en faveur de Faure Gnassingbé en dressant une feuille de route de sortie de crise, à ce jour sans réelle application.

 

Tikpi Atchadam, croit qu’avec les récentes modifications constitutionnelles, et la modification de la loi sur les manifestations, le régime continue de prendre toutes les mesures pour  « assurer le pouvoir à vie à de Faure Gnassingbé » et qu’il faut l’en empêcher.

 

« Il faut que tout le monde prenne conscience et qu’ensemble on se soulève. Si c’est fait, en deux jours tout sera terminé » assure t-il.

 

Le gouvernement togolais, en prenant les nouvelles dispositions sur les manifestations publiques au Togo, ont interdit désormais des manifestations sur certains axes routiers du pays, proches des gendarmeries. Plus question d’avoir plusieurs itinéraires comme lors des manifestations quasi-quotidiennes de la C14 durant 18 mois. Et il y a obligation de n’avoir qu’un seul point de départ et un seul point de chute.

Abonnez vous à la newsletter

« Pour des raisons stratégiques, économiques et sécuritaires, les manifestations sont interdites sur certains axes et zones. Notamment toutes les routes nationales, les axes ou zones où se déroulent de fortes activités économiques dans les centres urbains, les axes et zones proches des institutions de la République, les axes et zones proches des chancelleries et résidences des ambassadeurs et représentants d’organisations internationales, les axes et zones proches des camps militaires et des camps de service de sécurité » indique par ailleurs la nouvelle formue de la loi « Bodjona » (du nom du ministre sous lequel il avait été voté, ndlr).

 

Mais Tikpi Atchadam affirme que personne ne respectera ces nouvelles dispositions.

 

« Se soumettre à une telle loi revient à se soumettre à un exercice de canalisation de bétails dan un couloir aménagé pour la transhumance » affirme t-il.

 

« Si le pouvoir impose un seul point de départ et un seul point de chute, c’est qu’il a bien l’intention de transformer ces deux points en un enfer pour les manifestants… l’objectif est bien là d’amener les togolais à un dégout total pour les manifestations afin qu’ils y renoncent définitivement » ajoute Tikpi

 

Pour lui, il n’est pas question « d’utiliser une loi contre les manifestations pour organiser des manifestations »

 

« Plus de lettre d’information, le pouvoir a pris le risque de se priver d’interlocuteur en cas de manifestations. Pour nous, un seul point de rassemblement veut dire pas du tout de point de rassemblement fixe. Tout point du territoire national tient lieu du point de rassemblement. Pour nous, un seul point de chute veut dire, pas du tout de point de chute fixe. La multiplication des points de chute s’impose » informe Atchadam Salifou Tikpi accusant Faure Gnassingbé de refuser de respecter les lois naturelles que sont la liberté et l’Alternance.

 

« Personne ne respectera cette loi, je dis bien personne » a martelé Tikpi indiquant à ses militants que « désormais », ils n’ont plus besoin de message pour sortir et chasser ce régime du pouvoir.

 

Ken LOGO

Chargement...