Togo: La CENI a un mois pour réorganiser les municipales dans les 5 communes restantes

Togo: La CENI a un mois pour réorganiser les municipales dans les 5 communes restantes

La Chambre administrative de la Cour suprême du Togo a publié mercredi soir  les résultats définitifs des élections municipales  du 30 juin dernier confirmant une large victoire pour le parti UNIR au pouvoir avec la C14 et l’ANC comme les principales forces de l’opposition.

 

Elle a rejeté les 39 recours en contestation ou en annulation des voix introduits par les candidats et partis politiques qui estiment avoir été lésé ou être témoin de fraudes avérées.

 

Les résultats proclamés commune par commune, donnent sur les 1527 sièges mis en jeu, 879 sièges pour le parti UNIR contre 895 provisoirement proclamés par la Commission électorale, 132 contre 134 pour l’Alliance Nationale pour le Changement et 129 contre 131 pour la coalition de l’opposition dénommée C14. Cinq (5) autres candidats de la coalition qui ont eu recours à d’autres partis non membre pour constituer des listes ont également été déclarés élu conseillers municipaux par la cour suprême du Togo.

 

La petite marge dans les résultats est due à l’annulation par la Chambre administrative de la Cour suprême du Togo, des résultats dans les communes Wawa 1 dans le nord et Zio 4 dans le sud pour cause « d’irrégularités notoires » en s’appuyant sur l’article 148 du code électoral.

 

Cet article dispose que, « dans le cas où la Chambre administrative de la Cour suprême constate des irrégularités graves de nature à entacher la sincérité et à affecter le résultat d’ensemble du scrutin, elle en prononce l’annulation pure et simple ».

Abonnez vous à la newsletter

Des irrégularités dont il est question ici ont trait à des allégations de fraudes, des bourrages, vote multiples etc…

 

Dans wawa 1, quinze (15) postes de conseillers étaient mis en jeu et distribués à raison de 7 pour UNIR, 3 pour la liste indépendante « Debout Letime », 1 pour le parti NET (Nouvel Engageent Togolais), 1 pour le PDR (Parti pour la Démocratie et le Renouveau), 1 pour la C14, 1 pour l’association de partis CAR (Comité d’Action pour le Renouveau) et le MCD (Mouvement Citoyen pour la Démocratie et le  Développement) et 1 pour l’ANC (Alliance Nationale pour le Changement) de Jean Pierre Fabre.

 

Dans l’autre commune, celle de Zio 4, 11 postes étaient en jeu et répartis à raison de 7 pour le parti UNIR au pouvoir, 2 pour la liste indépendante « Gape Debout », 1 pour l’UFC (Union des Forces du Changement) et 1 pour l’ANC (Alliance Nationale pour le Changement).

 

La Chambre administrative de la Cour suprême du Togo a ordonné la reprise du scrutin dans ces deux communes dans un délai d’un mois. Ces deux communes s’ajouteront donc à trois autres communes  Ave2 dans le sud, Bassar 4 et OTI sud 1 dans le nord.

 

Pour ces municipales du 30 Juin derniers après 32 ans d’absence, le  Togo avait été subdivisé en 117 communes avec 1527 postes de conseillers municipaux à élire.

Chargement...