Togo/Municipales: Les résultats reconfigurent la classe politique togolaise en attendant les leçons

Togo/Municipales: Les résultats reconfigurent la classe politique togolaise en attendant les leçons

La Commission Electorale Nationale Indépendante CENI a publié vendredi soir les résultats des municipales du 30 Juin 2019 au Togo donnant une large majorité au parti UNIR au pouvoir, avec plus de la moitié des sièges en jeu.

 

Le premier constat c’est que les résultats montrent une nouvelle configuration de la classe politique togolaise avec UNIR comme le plus grand et le parti au pouvoir au Togo. L’Alliance Nationale pour le Changement de Jean Pierre Fabre qui a perdu le titre de principale force politique de l’opposition togolaise se repositionne comme deuxième plus grand parti du pays, juste devant la C14, cette coalition qui au départ regroupait 14 partis, n’en regroupe que 6 à ce jour.

 

Ces deux forces politiques sont devancées d’un autre côté par l’ensemble des candidats indépendants, si on pouvait faire d’eux un seul regroupement. 

 

Les grands partis de l’opposition parlementaire UFC, NET, MPDD, PDP, ont largement perdus au cours de ce scrutin. Sans doute qu’ils doivent se sentir bien fragilisés.

 

3,5 millions de togolais étaient appelés aux urnes, un peu plus de la moitié ont effectivement voté. Les abstentions sont plus observées dans le sud du pays où l’opposition a fait de très bon score dans le passé. L’enjeux reste de taille pour cette opposition à mobiliser cette population dormante et indécise, s’il elle veut avoir une chance de gagner les prochaines élections présidentielles.

 

Lire aussi : Togo: Les candidats auront 48h pour contester les résultats

 

Les Résultats

 

Selon les chiffres publiés par la CENI, 895 sièges sont attribués à UNIR suivi de très loin par la coalition de l’opposition C14 qui n’a eu que 134 sièges de conseillers municipaux et de l’Alliance Nationale pour le changement ANC de l’ex chef de fil de l’opposition Jean Pierre Fabre qui s’en est sorti avec 131 sièges.

 

UNIR a fait le plein des voix dans la partie nord du pays où le taux de participation aux élections est proche des  100 % , et en gagnant parfois la totalité des sièges dans certaines communes où l’opposition a été totalement absente. Il a surpris même dans la capitale en dominant l’opposition dans les zones de fortes abstentions notamment dans les 7 communes du golfe où le taux de participation se situe entre 24 et 40%.

Abonnez vous à la newsletter

La C14 et l’ANC 2e et 3e avaient boycotté les législatives du 20 décembre passé. Ils se repositionnent avec les élections municipales dépassant de très loin encore ceux qui ont la force aujourd’hui d’avoir le titre de l’opposition parlementaire qui ont fait piètre figure lors de ce scrutin.

 

Il s’agit de l’UFC, Union des Forces pour le Changement, principal parti de l’opposition parlementaire qui fini la course avec 44 sièges de conseillers municipaux. Il est suivi du Nouvel Engagement Togolais – NET avec 33 sièges et du Mouvement pour la Promotion du Développement et de la Démocratie – MPDD qui n’a eu que 25 sièges à ces élections municipales du 30 Juin dernier.

 

Les partis CAR, PDR, CLE, PDP, le NID, MRC, MCD, PSR … bouclent la marche des sièges obtenus par des partis politiques avec respectivement 25, 17, 10, 8, 7, 6, 5, 3 … sièges.

 

Plus de 150 sièges ont été gagnés par des listes indépendantes à ces élections de conseillers municipaux qui tournent la page de 32 ans de gouvernance des administrations décentralisées le régime au pouvoir depuis 52 ans maintenant, sous le format de « délégation spéciale » nommée par décret présidentiel.

 

« Partis de 117 communes, 114 communes ont pu voter. Parti également de 1527 sièges à pourvoir, 1490 sièges ont été pourvus dont vous venez de suivre la liste complète des attributions » a indiqué par la suite Tchambakou Ayassor, le président de la CENI pour clôturer la séance et la fin d’un processus qui a duré 3 mois.

 

Tchambakou Ayassor a indique que sur l’ensemble des communes, la CENI a enregistré « entre 24,2 % et 96,6 % de participation selon les communes ». En moyenne, le taux de participation générale aux élections municipales du 30 juin 2019 est de 52,46 %. Il a conclu en annonçant que « l’ensemble du dossier sera transféré à la cour suprême » qui connaitra des contentieux s’il y en a.

 

Peu avant la publication, un communiqué de cette cour a rappelé les dispositions de l’article 144 du code électoral qui donne 48h aux candidats et partis politiques qui ont pris part à ce scrutin pour les recours.

 

« Passé ce délai, ils seront forclos et les requêtes irrecevables » affirme le communiqué.

 

Ken LOGO

Chargement...