Togo/Réformes constitutionnelles: Une imposture !!! dit la coalition

Togo/Réformes constitutionnelles: Une imposture !!! dit la coalition

Imposture, c’est ainsi que par une déclaration liminaire, la coalition des partis de l’opposition extra parlementaire précédemment connue sous l’appellation de la C14 a qualifié les réformes constitutionnelles et institutionnelles intervenues mercredi soir à l’Assemblée Nationale togolaise.

Ces réformes limitent désormais le mandat présidentiel à 5 ans renouvelable une seule fois et revoient la durée du mandat législatif à 6 ans respectivement à l’article 59 et 52 du nouveau texte.

« Les mandats déjà réalisés et ceux qui sont en cours à la date d’entrée en vigueur de la présente loi constitutionnelle ne sont pris en compte dans le décompte du nombre de mandats pour l’application des dispositions des articles 52 et 59 relatives à la limitation du nombre de mandat », indique par ailleurs l’alinéa 2 de l’article 158 nouveau.

La réforme a prévu aussi des verrous qui permettront à Faure Gnassingbé de gouverner tranquillement et à la fin, de mourir tranquillement le moment venu, sans jamais être inquiété par qui que ce soit, du fait des actes qu’il aura pensé pendant son mandat.
Ces dispositions s’appliqueront aussi à ses successeurs.

Une ouverture aux abus de toutes sortes a réagit Prof Aimé Gogué, président du parti ADDI, Alliance des Démocrates pour la Démocratie et le Développement, lors de la conférence de presse de la coalition jeudi 09 mai au siège de la CDPA.

 » Ça veut dire qu’un président qui est élu peut commettre n’importe quel crime et il ne sera pas poursuivi » s’est étonné Gogué avant de tonner  « c’est très dangereux ».

« Si on ouvre la voix pour que les prochains présidents puissent obtenir l’immunité et qu’ils le sachent à priori, vous voyez la voix que cela ouvre à des abus éventuelles » a ajouté Aimé Gogué.

La déclaration liminaire de la conférence de presse elle même soutient que ces réformes font tomber les masques et

 » le visage hideux du clan Gnassingbé apparaît au grand jour » !

Pour la coalition, la loi de réforme constitutionnelle qui vient d’être adoptée n’a qu’une seule ambition, faire du TOGO une propriété privée.

L’Assemblée Nationale en éludant la formule en aucun cas telle que reprise par l’expert constitutionnaliste de la CEDEAO, et en excluant les mandats passés et en cours du décompte des mandats, remet le compteur à zéro à partir de 2020 pour Faure Gnassingbé qui aura bouclé 15 ans de pouvoir.

Ainsi,  ses 25 ans au pouvoir viendraient s’ajouter aux 38 ans  que son père a accomplis, constate impuissante la coalition qui promet qu’elle ne laissera pas faire.

« Nous ne l’accepterons pas. Nous allons le combattre. Il nous trouvera! »

a menacé Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson sonnant de nouveau la mobilisation générale « pour mettre fin à l’imposture ». Elle a dénoncé une assemblée nationale au service du régime et qui a décidé de transformer les citoyens togolais en « sujets de sa majesté Gnassingbé ».

L’heure du réveil a sonné !

« Que viennent les tyrans, ton cœur soupire vers la liberté. »,

conclu la déclaration du jour.

 

Ken LOGO

Chargement...