ZLECAf : La vision d’une « Afrique Intégrée, Prospère et Pacifique »

ZLECAf : La vision d’une « Afrique Intégrée, Prospère et Pacifique »

La Zone de libre-échange économique de l’Afrique est lancée depuis dimanche à Niamey dans la capitale nigérienne, à l’occasion d’un sommet extraordinaire de l’Union africaine.

 

En tout 32 chefs d’état étaient présents au lancement de ce marché commun continental. Mais tous les pays membres de l’Union Africaine qui ont adhéré à la ZLECAf  ont été cité avant le lancement officiel en boucle. L’Érythrée seul a manqué à l’appel mais promet adhérer à l’initiative très prochainement. On annonce d’ailleurs qu’un groupe d’experts de l’UA devraient se rendre sur place dans les jours à venir pour faire évoluer le dossier.

 

« Notre vision est celle d’une ‘Afrique intégrée, prospère et pacifique, dirigée par ses propres citoyens, et représentant une force dynamique sur la scène internationale’ » a déclaré Issifou Mouhamadou le président du Niger au podium du lancement.

 

Cette vision, a-t-il poursuivi, « est soutenue par les aspirations des peuples africains à la prospérité fondée sur une croissance inclusive et un développement durable, à l’intégration basé sur les idéaux du panafricanisme et de la renaissance de l’Afrique, à la bonne gouvernance, à l’état de droit, à la démocratie, au respect des droits de l’homme et à la justice, à la paix et à la sécurité, à l’affirmation d’une identité culturelle africaine, à l’autonomisation des femmes et des jeunes et en fin à la place que l’Afrique mérite dans le concert des nations ».

 

Le lancement de la zone de libre échange a été rendu possible grâce à l’adhésion du Nigéria, la plus grande économie du continent. Issifou Mahamadou a félicité le Président Muhamadu Buhari pour « l’adhésion de son pays à l’Accord de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf) ».

 

« Sans le Nigéria, première puissance économique du Continent, il y’aurait eu un goût d’inachevé dans la conclusion de cet accord » a-t-il déclaré

Abonnez vous à la newsletter

La Zone de Libre Echange Continentale Africaine, est une première étape des domaines prioritaires du premier plan décanal de l’agenda de l’Union. Ce premier plan décennal a prévu 11 autres projets phares notamment : Le projet de réseau intégré de trains à grande vitesse, le projet de l’université virtuelle panafricaine, la Stratégie africaine des matières premières, le Forum africain annuel, le projet d’espace aérien unique en Afrique, le projet de passeport africain et de libre circulation des personnes, le projet des institutions financières continentales, le projet du barrage du Grand Inga, le projet du réseau virtuel panafricain, le projet de faire taire les armes d’ici à 2020, le projet relatif à l’espace.

 

La ZLEC n’est donc pas un programme isolé, a affirmé Mahamadou. Elle forme, avec les autres plans et programmes de l’Union Africaine, un tout cohérent dans la perspective de renforcer l’intégration régionale et atteindre les objectifs de l’agenda du centenaire, l’agenda 2063.

 

« La réalisation de tous ces plans et programmes permettra d’élever le niveau des exportations intra-africaine, estimées actuellement à moins de 15% de l’ensemble des exportations africaines alors que les exportations intra-européennes, intra-asiatiques et intra-latino-américaines représentent respectivement 70%, 50% et 21% » a assuré le président Nigérien.

 

« C‘est un vieux rêve qui se réalise » s’est réjouis en outre Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union africaine

 

Ken LOGO

Chargement...