Covid 19: Les praticiens hospitaliers du Togo s’inquiètent du pire et appellent aux moyens

Covid 19: Les praticiens hospitaliers du Togo s’inquiètent du pire et appellent aux moyens

Les praticiens hospitaliers du Togo ont appelé ce mardi l’état togolais à les doter de moyens suffisants s’inquiétant du pire face à l’allure de l’augmentation spectaculaire des cas confirmés au Covid 19 ces derniers jours.

 

Ils demandent à être protéger pour être en mesure de soigner les cas connus et ceux pour l’instant inconnus qui viendront dans les centres de santé très prochainement du fait de « l’imprudence des togolais ».

 

« Nous n’avons pas les outils de protection nécessaires en ce moment. Imaginez un seul instant que les praticiens hospitaliers appelés à soigner tous les malades du pays, y compris ceux touchés par le Coronavirus, venaient à mourir du Covid 19 qui se propage. Ce sera une catastrophe nationale. C’est pourquoi, nous appelons le gouvernement à tout faire pour mettre les moyens nécessaires à notre disposition pour faire face à ce fléau » a confié ce mardi à Anadolu, Dr Gilbert Tsolényanou, Secrétaire Général du Syndicat National des Praticiens hospitaliers du Togo.

 

De 9 en début de weekend dernier, le nombre de cas confirmés au Covid 19 au Togo est passé ce mardi avant midi à 20 cas confirmés dont un qui a guéri de la maladie. Plusieurs dizaines de cas suspects sont actuellement en surveillance et leurs proches en confinement ou auto-confinement.

 

Les deux derniers cas enregistrés ce mardi selon le gouvernement togolais dans le point de la mi-journée sur son site, sont ceux d’une hôtesse de l’air de 37 ans résident à Lomé revenue de Johannesburg et Kinshasa le 14 mars 2020 et d’un homme d’affaires de 47 ans résident à Lomé revenu de Belgique et de France le 19 mars 2020.

 

Dr Gilbert Tsolégnanou assure que ce nombre va rapidement grossir surtout que « les togolais n’ont pas changé pour la plupart, de mode de vie malgré les alertes et les consignes des gouvernants.

 

« On est malheureusement toujours dans l’insouciance. Des gens se regroupent toujours, se saluent comme d’habitudes, ne respectent pas la distance réglementaire, ne portent pas de masques en public. A cette allure, il y a de forts risques qu’il y ait dans les jours à venir un afflux des malades dans nos hôpitaux déjà en difficultés » a indiqué à Anadolu. Dr Tsolényanou tout en appelant les autorités togolaises à accentuer la sensibilisation autour de la maladie.

 

Ces derniers jours, le Togo a pris des dispositions complémentaires fermant les frontières terrestres après celle aériennes, les églises, mosquées, écoles et universités instaurant un bouclage de la capitale Lomé avec contrôle systématique aux entrées et aux sorties des péages. Tout regroupement de plus de 100 personnes sont interdits mais les marchés restent ouverts. A ce niveau, une obligation de port de masques est instaurée. Un hôpital au cœur de Lomé est même réquisitionné par le gouvernement pour servir de centre de référence de traitement au Covid 19.

 

La situation est suivie par un comité de crise qui se réuni régulièrement sous la présidence de Faure Gnassingbé, chef de l’état togolais.

 

Ken LOGO

Post a Comment