Ghana : La rupture avec le FMI a renforcé l’économie nationale selon Nana Akufo-Ado

Ghana : La rupture avec le FMI a renforcé l’économie nationale selon Nana Akufo-Ado

Le président du Ghana Nana Akufo-Addo s’est réjouit mardi devant le parlement des acquis de la sortie de son pays du FMI, lors du dernier discours sur l’état de la nation de son 1er mandat à la tête du pays.

 

La sortie du Ghana du Fond monétaire International, est l’une des grandes décisions qu’il a prise en 2018, un peu moins deux ans après son arrivée au pouvoir en 2016, soutenant que son pays n’avait plus besoin des crédits du FMI et que la reprise économique engagée sous son autorité, suffirait pour financer le budget national.

 

Deux ans donc après cette décision, le président qui vient d’être réélu d’ailleurs pour un deuxième mandat à la tête du pays, se réjouit de cette décision, même s’il reconnait que les évolutions constatées ont déjà en 2019, ont été sappées par la pandémie au Covid 19 courant l’an 2020.

 

À la fin de 2019, a noté le président, «l’économie était caractérisée par une forte croissance en réponse à la mise en œuvre des programmes phares du gouvernement, une inflation à un chiffre, une réduction des déficits budgétaires avec trois années consécutives d’excédents primaires, un taux de change relativement stable, une amélioration significative du compte courant avec trois années consécutives d’excédents commerciaux, de solides tampons de réserve de change et des taux de prêt nettement réduits ».

 

Nana Akufo-Ado a affirmé avoir pourtant hérité en 2016 à sa prise de fonction de l’ex président John Mahama, et candidat malheureux à la dernière présidentielle de 2020, « d’une économie caractérisée par une grave instabilité macroéconomique, une croissance faible, un secteur financier trouble avec faible confiance des investisseurs.

 

«Notre malheureux héritage bien documenté se présente comme suit – taux d’inflation de 15,4%; un déficit budgétaire de 9,3%; Taux d’intérêt de 32%; un taux de croissance du PIB de 3,4%, le plus bas depuis deux décennies – le tout dans le cadre d’un programme de sauvetage financé par le FMI. Nous nous sommes mis au travail rapidement et, je suis heureux de dire que, nous avons pu stabiliser l’économie, sortir de manière satisfaisante du programme du FMI et restaurer la confiance dans l’économie » a-t-il indiqué.

 

Du fait de la pandémie au Coronavirus la croissance du PIB pour 2020 du Ghana a été révisée de 6,8% à 0,9%, puis à 1,9% pour refléter un ralentissement significatif des activités économiques.

 

«Le gouvernement continuera à mettre en œuvre des mesures budgétaires prudentes pour accélérer le rythme de l’assainissement budgétaire, et, en mars de cette année 2021, le ministre des Finances reviendra devant cette auguste Chambre pour fournir de plus amples détails sur les mesures que nous prenons la relance totale de l’économie nationale» a affirmé Nana Akufo-Ado, le président du Ghana

 

Ken LOGO

Post a Comment