POUR YARK, SOKODE, MANGO ET BAFILO RESTENT INTERDITES DE MANIFESTATIONS

POUR YARK, SOKODE, MANGO ET BAFILO RESTENT INTERDITES DE MANIFESTATIONS

Il n’y aura pas de manifestations de l’opposition la semaine prochaine dans les villes déjà assiégées comme Sokodé, Bafilo et Mango. C’est avec fermeté que Col Yark Damehame, ministre de la sécurité et de la protection civile du Togo s’est prononcé mercredi après midi lors d’une conférence de presse animée en son cabinet.

Il avait à son côté, son collègue de la communication Guy Madzé Lorenzo.

 » Jusqu’à présent nous n’avons pas encore trouvé les armes qui sont volées. dès que c’est le cas, les manifestations peuvent reprendre dans ces localités » a dit Yark

Pour lui, ‘les populations de sokodé sont d’ailleurs heureuses sans les manifestations’. En sommes, il ne faut pas aller les déranger.

L’une des mesures d’apaisement réclamées par la coalition des 14 partis de l’opposition togolaise est la levée de l’état de siège sur ces villes au nom du droit de tous à manifester conformément à la constitution togolaise.

En conférence de presse récemment, l’opposition a réaffirmé que ‘tant que ces mesures n’auront pas satisfactions, il ne sera plus question de revenir à la table de discussions.

Le dialogue étant suspendu, des consultations ont eu lieu toute cette journée avec les 14 patrons des partis de l’opposition togolaise à Accra au Ghana avec le facilitateur Nana Addo Akufo. Rien n’a signaler au moment de la mise en ligne de ce texte.

S’agissant des raisons qui motivent le retour dans les rues de l’opposition togolaise, (le passage à tabac des togolais de Kparatao, fief de Tikpi Atchadam, président du PNP, tel que soulevé par la C14 lors de la conférence de presse de vendredi passé) les représentants du gouvernement à cette conférence de presse dénoncent de fausses allégations « tendant à ternir l’image du pays auprès de la communauté internationale ».

Pour le ministre Yack Daméhane, ‘il n’ya rien eu à Kparatao’.

« Ces allégations sur le passage à tabac de la population seraient parti d’un message audio envoyé par un jeune de la localité sur les réseaux sociaux et qui aujourd’hui serait le motif de la reprise des manifestations de la coalition des 14 partis de l’opposition ».

Le ministre dément toute exaction commise sur la population civile de kparatao par les forces de l’ordre dans le nuit du 24 au février 2018.

Pour les deux ministres du gouvernement togolais, « les journalistes n’ont pas été assez professionnels dans le traitement de cette information ».

Dans un soucis de préserver la paix sociale, pour ne pas jeter le huile sur le feu en ces temps de crise socio politique, il est important d’éviter de se laisser être rédacteur de quelqu’un qui a un agenda caché » a lancé Guy Madzé Lorenzo, ministre de la communication du Togo

Ken LOGO

 

 

Post a Comment