Togo : Deux leaders de l’opposition arrêtés pour « tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat »

Togo : Deux leaders de l’opposition arrêtés pour « tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat »

Deux cadres de la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) un regroupement de plusieurs partis de l’opposition togolaise, qui réclame depuis la présidentielle de février 2020, la victoire de son candidat Kodjo Agbéyomé, ont été arrêté entre vendredi et samedi soir, a confirmé le procureur de la République Blaise Poyodi dans un communiqué de presse lu à la télévision nationale togolaise samedi soir.

 

Il s’agit de Brigitte Adjamagbo Johnson, Présidente de la DMK arrêtée à son domicile à Lomé samedi soir, et de Dodji Gérard Djossou, Président des affaires sociales et des droits de l’homme, chargé des relations avec les institutions arrêté plus tôt, dans la journée de mercredi toujours à Lomé.

 

Ce dernier a été enlevé en pleine rue dans la journée par des hommes en tenue civile, alors qu’il venait de sortir d’une rencontre avec le groupe des 5 ambassadeurs de pays d’Europe et des USA, dénonçait vendredi soir la DMK lors d’un point de presse.

 

Ces deux acteurs, assuraient l’arrière de Kodjo Agbéyomé, depuis que lui-même persécuté par la justice dans ses actions de contestation de la victoire de Faure Gnassingbé, l’actuel chef de l’état pour un 4e mandat de 5ans, a dû, selon ses propres mots, prendre la fuite du pays en Juillet dernier pour disait-il ‘sauver sa vie’.

 

Ce samedi 27 Novembre 2020 en effet, la DMK avait prévu organiser plusieurs manifestations dans les rues de Lomé à travers de multiples itinéraires pour réclamer encore une fois la vérité des urnes et la lumière dans une affaire de détournement de près de 500 milliards de Fcfa dans la commande des produits pétroliers révélée par la presse.

 

Interdite par le gouvernement sous prétexte qu’elle ne respectait par la loi sur les manifestations publiques au Togo, mais maintenue par la Dynamique Monseigneur Kpodzro, la mobilisation prévue samedi 27 novembre 2020 n’a pourtant pu avoir lieu. Mais la conséquence s’affiche lourde pour ce regroupement de l’opposition togolaise.

 

Le procureur explique dans son communiqué que la DMK s’est investie dans un projet criminel d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat en préparation, selon une enquête en cours.

 

Il affirme dans son communiqué, qu’une perquisition au domicile de Dodji Gérard Djossou «a permis la découverte et la saisie des documents compromettants intéressant l’enquête. Lesdits documents révèlent la projection des actions violentes visant à porter atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat et qui devraient être mis en œuvre à partir des manifestations publiques pour la journée du samedi 28 novembre 2020 ».

 

De même pour Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson, le procureur affirme dans son communiqué qu’« elle était en possession d’autres documents en lien avec le plan de déstabilisation du pays projeté »

 

Les auteurs, co-auteurs et complices, de même que les circonstances du projet ‘criminel’, seront déterminés par l’enquête ouverte affirme par ailleurs le procureur de la république togolaise Blaise Poyodi

 

Pour rappel Faure Gnassingbé  a été déclaré vainqueur de la présidentielle de février 2020 avec 70,78 % des voix, contre 19,45 % pour l’opposant Kodjo Agbéyomé.

 

Ken LOGO avec Anadolu

Post a Comment