Togo : « Espérance pour le Togo » invite les OSCs à une synergie de défense des libertés

Togo : « Espérance pour le Togo » invite les OSCs à une synergie de défense des libertés

« Espérance pour le Togo » appelle les autres Organisations de la Société Civile à asseoir d’avantage une véritable synergie d’action pour défendre pacifiquement et légitimement les libertés au Togo.

 

C’est dans un communiqué – réaction au refus opposé il y a quelques jours, par les autorités togolaises à l’arrivée au Togo, à trois activistes du mouvement international « Tournons la Page », attendus à Lomé mardi dernier pour une cérémonie officielle d’adhésion du Front Citoyen Togo Debout et de la SIADH au mouvement.

 

Le Traité instituant la libre circulation des personnes signifie que tout ressortissant de la Communauté a le droit de se déplacer librement d’un Etat à un autre sans entrave. Ainsi l’article 2, alinéa1, du Protocole A/P1/5/79 sur la libre circulation des personnes, le droit de résidence et d’établissement, dispose que : « Les citoyens de la Communauté ont le droit d’entrer, de réaliser et de s’établir sur le territoire des Etats membres… ».

Abonnez vous à la newsletter

Se basant sur cette disposition régionale et d’autres encore citées dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le Mouvement des Forces Vives « Espérance pour le Togo » a désapprouvé cette façon de rejeter des citoyens communautaires de la CEDEAO et crie au viol du droit de ces citoyens communautaire.

 

« Ils sont dans leur droit quand ils choisissent de circuler librement dans l’espace communautaire que nous avons en commun, tant qu’aucune charge n’est retenue contre eux et qui leur enlève la jouissance dudit droit » a écrit le Très Révérend Père Pierre Marie Chanel Affognon

 

Le Mouvement des Forces Vives « Espérance pour le Togo » demande dit-il « humblement mais sérieusement » au Gouvernement togolais, d’expliquer aux yeux du monde, des togolais et des africains, « les raisons d’une telle violation ».

 

Interpellant les Ministres en charge des droits de l’homme et de l’intégration sous régionale sur ce fait grave, Père AFFOGNON a exhorté les ambassadeurs de la Côte d’Ivoire, du Niger et le Représentant Résident de la CEDEAO au Togo, « à prendre sérieusement en considération cette décision des autorités togolaises pour que le fait ne puisse pas passer comme une banalité »

 

Ken LOGO

Post a Comment