Togo/Torpeur à Sokodé: Tikpi Atchadam appelle ses militants à garder ‘le sang froid’ face à la provocation

Togo/Torpeur à Sokodé: Tikpi Atchadam appelle ses militants à garder ‘le sang froid’ face à la provocation

On l’entend de moins en moins, et certains vont jusqu’à annoncer la fin de l’ère Atchadam depuis qu’il est en cavale, sous la peur de se faire arrêté par le régime de Faure Gnassingbé.

Lundi 29 Octobre 2018, l’homme est de nouveau sorti de son silence à la suite des tirs nourris qui ont retentit dimanche à Sokodé, ville Natale et fief de l’opposant togolais à la base de la crise actuelle le 19 Août 2017.

Face au retour visible de la violence dans une ville en état de siège depuis le début de cette crise, Tikpi Atchadam appelle ses militants « à ne pas céder à la provocation ».

« Fidèle à notre stratégie de non violence, nous continuons aux populations togolaises, de ne pas céder à la provocation et de garder leur calme » a lancé Atchadam. 

 

Les signes avant coureur d’un retour de la torpeur

En effet, dans la nuit de dimanche à lundi des témoignages en langue Tem parvenus à la rédaction de Africa Full Success ont fait état d’une descente musclée dans la ville des forces de sécurité et de défense en patrouille.

« Des agents qui ont fait usage des gaz lacrymogènes et des balles réelles ont fait régner la torpeur toute la nuit, rendant la ville plus déserte que jamais ».

Les mêmes témoignages ont fait état de ce que « le monument guerrier de la localité » qui peut être assimilé au symbole identitaire du PNP, parti de Tikpi Atcadam, « a été pris pour cible lors de ces tirs ».

Précédemment, dans la même ville, le siège local du parti national panafricain avait été pris pour cible par un groupe de jeunes qui, selon certains témoignages recueillis par Africa Full Success, « auraient agis sous la protection des forces de sécurité togolaises »,  » ont repeint l’immeuble ».

« Ils ont repeint la partie rouge en gris et le siège était devenu méconnaissable ». Dans un communiqué, le parti a dénoncé un acharnement contre un parti légalement établi.

Successivement, dans la nuit du 26 au 27 Octobre, dans cette même ville, la deuxième plus grande du Togo après Lomé, le siège local du parti UNIR au pouvoir a été incendié.

Atcholi Aklesso, le SG du parti a dénoncé un incendie criminel dans un communiqué parvenu à la rédaction de Africa Full Success.

 

Réaction de Tikpi

Tikpi Atchadam en réaction à tout ça, (ajouté au refus de la levée de l’état de siège militaire sur les villes de mango, Bafilo et Sokodé, et la disparition miraculeuse des armes, les incendies des mosquées et des églises),  indique que « c’est constitutif des actes d’une même pièce de théâtre tragique bien ficelée »

Il accuse le « silence trop éloquent du commandant en chef de l’armée togolaise sur ces événement d’une gravité extrême » et prend l’UA, la communauté internationale, la CEDEAO à témoin. 

« Ils doivent au delà de la simple condamnation de principe, prendre des dispositions adéquates contre ce régime pyromane, dont les actes pourraient réduire à néant les efforts réalisés dan les autres pays de la sous région » a déclaré Tikpi Atchadam

Et de poursuivre « les facilitateurs et le comité de suivi, doivent saisir les signaux  annonciateur  du chaos recherché par le régime cinquantenaire en place avant qu’il ne soit trop tard ».

Il a fini en demandant à la CEDEAO de prendre des dispositions pour assurer la sécurité des populations africaines que Dieu a placé dans la préfecture de Tchaoudjo.

Ken LOGO

Post a Comment