Togo: Yawa Tsègan veut redéfinir le profil de la femme africaine de demain

Togo: Yawa Tsègan veut redéfinir le profil de la femme africaine de demain

Au Togo, la présidente de l’Assemblée Nationale Yawa Djigbodi Tsègan vient de lancer, une initiative qui fera d’elle, le porte-parole des jeunes filles et femmes africaines, à l’occasion du grand forum sur la Génération Egalité prévu en juin prochain à Paris, capitale française.

 

Cette initiative s’appelle «Femmes Africaines à l’horizon 2063», en anglais «When Africa Women Lead».

 

«Il s’agit d’une contribution au forum – Génération Egalité. Elle prendra en compte l’expérience des pays africains en termes de leadership féminin. Cette fenêtre de plaidoyer est donc importante pour porter la voix de la femme africaine [au forum qui se tiendra] à Paris, en juin prochain, et nécessite donc l’engagement de tous et à divers niveaux», a expliqué Yawa DJigbodi Tségan, le 24 mars dans une allocution de lancement lors d’une cérémonie virtuelle.

 

Yawa Tsègan, PA de l’Assemblée – Togo

Pour mémoire, se tenait à Beijing en Chine du 04 au 15 septembre 1995, la 4ème conférence mondiale sur les femmes autour du thème : Lutte pour l’égalité, le développement et la paix. L’examen et l’évaluation des 25 ans de mise en œuvre des actions stratégiques du programme d’action de Beijing, permettent aujourd’hui de noter que malgré des progrès indéniables réalisés, des changements réels ont été lents pour la majorité des femmes et des filles à travers le monde.

 

Le forum international de juin 2021 à Paris, se présente donc comme un rendez-vous de revue et de réaffirmation des engagements de Beijing au bénéfice de l’égalité genre. Et qui de mieux pour porter le message des femmes africaines à ce forum que l’une des dernières dont le savoir-faire et le leadership, a permis d’être élue comme, présidente de l’Assemblée Nationale au Togo : Yawa Djigbodi Tségan.

 

 

 

«1000 Jeunes filles»

 

Afin de représenter efficacement la femme africaine à Paris en Juin 2021, Yawa Djigbodi Tsègan a pris l’initiative «1000 jeunes filles» détaillée sur 1000girls.org.

 

Il s’agit d’une plateforme virtuelle qui regroupera mille jeunes filles et femmes africaines déjà sélectionnées suivant une procédure rigoureuse, selon les termes de la présidente de l’Assemblée Nationale togolaise.

 

«Je voudrais tout particulièrement exprimer mon admiration à toutes les jeunes filles qui ont suivi les différentes étapes du processus de sélection. Votre courage nous démontre à suffisance qu’on peut compter sur vous et vous faire confiance pour soutenir vos efforts de recherche d’un lendemain meilleur pour la jeune fille africaine » a indiqué au lancement Yawa Djigbodi Tsègan.

 

«Sachez qu’une femme c’est l’Espérance, le futur est son royaume, son cœur lui permet de voir plus que l’horizon, alors je vous invite à élever votre esprit pour apporter votre fleur à la beauté de la société dans laquelle vous vivez. Armez-vous de courage ! Avancez ! N’oubliez jamais que vous êtes l’avenir de notre continent. Avancer, que rien ne vous arrête » a-t-elle ajouté.

 

Ces filles et femmes auront à travers divers débats jusqu’au mois de juin, et de manière démocratique, la liberté de communiquer leurs idées sur le genre de femme africaine qu’elles veulent être demain. Et à l’horizon 2063

 

«Cet instant inédit dans la marche vers plus d’équité genre à travers le lancement de la plateforme virtuelle 1000 jeunes filles, un canal pour définir le profil de femmes africaines à l’horizon 206» disait-elle.

 

L’initiative «Femmes Africaines à l’horizon 2063» ou encore «When Africa Women Lead», qui répond au défi des objectifs de développement durable des Nations Unies à l’horizon 2030 et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, est activée avec le partenariat de cinq autres pays de la sous-région ouest africaine : Le Bénin, le Burkina-Faso, le Ghana, la Guinée, et le Libéria.

 

 

 

L’initiative est soutenue par des femmes africaines très respectées

 

Au lancement de la plateforme 1000girls.org le mercredi 24 mars 2021, plusieurs personnalités féminines africaines ont apporté leur soutien à l’initiative de la présidente de l’Assemblée Nationale togolaise. Il y avait Diene Keita, Directrice exécutive adjointe, chargée des programmes de l’UNFPA et Assistante du Secrétaire Général des Nations Unies, Dr Jewel Howard-Taylor, Vice-Présidente du Libéria. Sans compter les Présidents des Assemblées nationales sœurs de la sous-région ouest-africaine.

 

Diene Keita, Directrice exécutive adjointe, chargée des programmes à l’UNFPA

Diene Keita s’est réjoui du leadership du Togo qui, disait-elle, apporte un soutien sans précédent au processus d’valuation de la mise en œuvre du plan d’action de Béijing+25 et balise la voie pour le forum de haut niveau prévu à Paris en juin prochain.

 

«Vous avez également démontré l’engagement continu du Togo en faveur des droits des femmes en Afrique et dans le monde. L’UNFPA est heureuse de se joindre et de soutenir cette initiative des autorités togolaises en collaboration avec d’autres pays de la sous-région ouest-africaine. Je reste convaincue que l’agenda 2030 des Nations Unies et l’agenda 2063 pour un futur égalitaire que nous voulons ne peuvent se réaliser que si les femmes jouissent de leurs droits de participer pleinement au développement de leur continent» a-t-elle indiqué

 

Dr Jewel Howard-Taylor, la première femme Vice-Présidente de la République du Libéria, a aussi salué la mise en place de cette plateforme. «Elle fera entendre la voix des filles africaines et faire valoir leur vision de la femme à l’horizon 2063 » croit-elle en invitant les filles à oser et à s’armer de courage pour faire face aux difficultés dans cette marche vers une génération égalité.

 

Elle a invité par ailleurs les personnalités influentes d’Afrique à rejoindre l’initiative de sa sœur de Lomé, qui, a-t-elle soutenu, est le «canal propice pour interagir avec les jeunes filles et discuter des questions de l’avenir du continent et de la contribution des femmes au développement de l’Afrique».

 

Ken LOGO

Post a Comment