USSD: ARCEP impose des prix à Togocom et Moov

USSD: ARCEP impose des prix à Togocom et Moov

La Direction Générale de l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) est déterminée à mettre complètement Atlantique Telecom Togo (Moov) et Togo Cellulaire dans les rangs. Après avoir exigé et obtenu une réduction et une harmonisation des prix des appels inter et intra réseaux, la même structure revient imposer les prix plafonds à ces opérateurs.

 

Ces mesures seront applicables, à compter du 1er janvier 2021, par les opérateurs de réseaux et de communications électroniques mobiles pour l’accès des prestataires de services aux codes USSD.

 

C’est une décision qui a été notifiée, le 23 novembre dernier, à Atlantique Telecom Togo (Moov) et Togo Cellulaire et rendue publique vendredi.

 

Selon les indications, cette décision découle du constat du coût très élevé de la session USSD, pratiqué au Togo par les deux opérateurs de téléphonie mobile, qui est de 100 FCFA HT. A titre de comparaison, ce coût est de 2, 38 FCFA HT chez Moov Bénin et de 5 FCFA HT chez Free Sénégal (appartenant au Groupe Axian comme Togocom). « C’est pourquoi, l’ARCEP, afin de libéraliser et de vulgariser cette technologie, a pris la décision de s’aligner sur les tarifs pratiqués dans la sous-région, en baissant, de façon drastique, le seuil plafond de la session USSD à 3 F CFA HT », explique-t-on.

 

Pour ce qui est des frais d’accès et de maintenance, l’ARCEP rappelle qu’ils sont respectivement de 250 milles FCFA HT et 150 milles FCFA HT et font partie des tarifs les plus bas de la sous-région ouest-africaine.

 

Cette mesure est conforme à la vision portée par le gouvernement qui entend faire du digital un véritable levier de développement et d’amélioration des conditions de vie des populations. Ceci grâce à la fourniture des services à valeur ajoutée (banque, santé, assurance, transport, éducation, agriculture).

 

Selon les acteurs, cette baisse des tarifs va booster l’entreprenariat numérique avec l’arrivée de start-ups, des PME et des fintech qui, de façon générale, sont des entreprises jeunes qui développent et proposent des solutions innovantes utilisant les technologies du numérique, du mobile, et de l’intelligence artificielle.

 

Le secteur qui était jusque-là une « chasse gardée » des opérateurs de communications mobiles, va dorénavant s’ouvrir au secteur bancaire et contribuer à l’accélération des mécanismes d’inclusion financière des populations togolaises.

 

Source: TBN

Post a Comment